Crowdsourcing et Humanités Numériques, 06/06/16

Le deuxième invité du séminaire Humanités Numériques de la MSHB sera Mathieu Andro (ingénieur text mining à l’INRA, doctorant Lab Hypermédia Paris 8), jeune chercheur qui va bientôt soutenir sa thèse sur le crowdsourcing (la contribution de publics amateurs) pour les bibliothèques numériques.

Il nous présentera le cadre général de ce qu’est le crowdsourcing avant de nous parler plus spécifiquement d’initatives liées à l’application de ce genre de démarche pour la création de corpus en SHS.

Comme une illustration de la présentation de Mathieu Andro, nous aurons le plaisir d’accueillir Gaëtan Crespel, directeur de Dastum, association de collecte et de sauvegarde du patrimoine oral Breton ainsi que Jérôme Floury, chef de projet de Bretagnia, le portail des cultures de Bretagne qui collecte des données patrimoniales de nombreuses organisations de la région dont Dastum. 

La séance du séminaire se tiendra le Lundi 6 Juin de 14h à 15h30 dans la salle des thèses de l’Université Rennes 2 (bât P, 7ème étage), un streaming visible par tous sera disponible dans un billet sur ce même carnet.

Pour vous inscrire à l’évènement (50 places maximum), c’est par ici.

Cartographier le web avec Hyphe, 29/03/16

Démonstration et mise en pratique de l’outil Hyphe

paulgirard-551x200

Le premier invité de cette séance sera Paul Girard, directeur technique du Médialab de Sciences-Po Paris. Il nous présentera Hyphe, un outil de création de corpus de données du web permettant de cartographier un ensemble de pages avant de les visualiser.

La séance du séminaire se tiendra le mardi 29 Mars de 10h à 11h30 dans la salle des thèses de l’Université Rennes 2 (bât P, 7ème étage), un streaming visible par tous sera disponible dans un billet sur ce même carnet.

Ingénieur généraliste des technologies numériques, Paul Girard s’intéresse aux interactions entre sciences humaines, création et numérique cherchant par là à innover par la collaboration. Il a travaillé au lancement de la fédération de laboratoires universitaires CITU (Université Paris 1 et Paris 8) de 2005 à 2009 où il a pu mener des projets de recherche et création, collaborations entre artistes et ingénieurs développant des technologies de l’interactivité, de l’image numérique, de la réalité virtuelle et augmentée. Il rejoint en mars 2009 le médialab de Sciences Po en tant que responsable numérique de cet outils scientifique qui a pour vocation de favoriser l’usage des méthodes et outils numériques au sein des Sciences Humaines et Sociales (SHS). Il y assure depuis lors la direction technique des projets de recherche, collaborations entre SHS, ingénierie des connaissances et design de l’information.

Le site du médialab : http://www.medialab.sciences-po.fr

Le site de Hyphe : http://hyphe.medialab.sciences-po.fr

L’accès à la démo de l’outil : http://hyphe.medialab.sciences-po.fr/demo/#/login

Quelques images de l’interface de Hyphe :

list

crawl

network

Séance du 21 mai 2015 [séminaire Marsouin]

« Construire un projet Huma-Num »
Thomas Lebarbé, professeur en humanités numériques à l’université Stendhal- Grenoble 3, chercheur au LIDILEM (Laboratoire de Linguistique et Didactique des Langues Etrangères et Maternelles).
Cette session est organisée en collaboration avec le séminaire Humanités Numériques de la MSH-B

 

Séance du 8 avril 2015

Projet d’analyse de corpus, mené avec le logiciel ALCESTE, dans le cadre du projet ANR Translit

Projet présenté par Alexandre Serres, Maître de conférences, URFIST de Rennes, Université Rennes 2, PREFics.

 

Projet Monade – Mapping Relational Aesthetics porté par Nicolas Thély (APP), Fabienne Moreau (LIDILE) et Vincent Claveau (LinkMedia-IRISA).

Séance du 25 février 2015

Projet   » Les archives numériques, l’exemple des mémoires indiennes « 

Projet porté par Nicolas Richard (Chargé de recherche CNRS, CERHIO)

Mot de passe : saison1

 

Projet SemanticHPST  

Projet porté par O. Bruneau (Archives Poincaré/Université de Lorraine), MSH Lorraine, J. Lieber (LORIA/Université de Lorraine), M.Guedj (GHDSO/Université Paris XI), Serge Garlatti (LabsTICC/Telecom-Bretagne Brest), S. Laubé (Centre F. Viète/UBO)

Séance du 17 décembre 2014

Projet Information géographique et études historiques : l’exemple de l’expédition navale du comte de Grasse (1781-1783)

Projet présenté par JM Kowalski (MCF Paris IV, détaché à l’Ecole navale, responsable du département des sciences humaines de l’Ecole navale)

 

Projet Boissy, projet TEI soutenu par NumaHum

Projet présenté par Ioana Galleron (MCF, littérature française, UBS) et Geoffrey Williams, (Pr, UBS, sciences du langage)

Séance du 12 novembre 2014

AtlasMuseum

Projet porté par Virginie Pringuet (Université Rennes 2, Arts:Pratiques et poétiques)

Mot de passe : saison1

 

 

Théâtre de la Foire et de la Comédie-Italienne 

Projet porté par Françoise Rubellin (Université de Nantes).

 

 

Mot de passe : saison1

Questionnaire établi pour la présentation des projets

« Qu’est-ce qu’un projet scientifique en humanités numériques ? »
[document de travail établi en octobre 2014]
Voici un ensemble de questions à rendre en compte pour la présentation orale du projet lors des séances. Ce questionnaire a été établi par le comité scientifique du séminaire puis révisé et discuté dans le cadre d’un atelier du THATCamp Lyon 2014. 
Il est perfectible, n’hésitez pas à soumettre des propositions ou faire des remarques. 
Aspects scientifiques
1/ Quels sont les objectifs du projet (problématique) ?
2/ Quels sont les critères et les modalités de validation scientifique du projet (concerne les projets déjà validés) ?
3/ Quels sont les critères de succès envisagés ?
4/ Quelles sont les modalités de diffusion et de publication des résultats ? (lien avec l’Open Access, éditions savantes…)
5/ Quels sont les verrous scientifiques ?
Aspects épistémologiques
1/ Quel est / quels sont le(s) champ(s) disciplinaire(s) d’origine : SHS, ALL, STIC, Informatique… ?
2/ Quels sont les concepts transversaux ou disciplinaires en lien avec le numérique ?
3/ Quelles sont les questions théoriques posées en lien avec le numérique ?
4/ Quelle est la part du numérique dans le projet ? (simple outil utilisé, objet de recherche, support de diffusion du projet et des résultats)
5/ Quels sont les acquis scientifiques, les expertises et les savoir-faire antérieurs nécessaires à la mise en place du projet ?
6/ Quelle est la nature des obstacles épistémologiques identifiés qui traduisent le passage (nécessaire) aux humanités numériques ?
7/ Quel rôle joue la visualisation de données dans la conduite du projet ?
8/ Quelles en sont les formes dominantes (arbres, cartes, graphes) ? Sont-elles statiques ou dynamiques ?
9/ Comment s’opère la traduction d’une question formulée par un chercheur en SHS par un chercheur/ingénieur en STIC, TAL, etc. ?
10/ Quel langage commun se met en place ? Comment négociez-vous la barrière linguistique (anglais, allemand) et le fait de recourir à des notions difficilement traduisibles (exemple : mapping) ?
11/ Quelle est la bibliographie de référence ?
12/ Quels sont les projets de référence ?
Aspects méthodologiques
1/ Quelle est la méthodologie générale du projet ? (travail sur des corpus textuels, sur des données brutes)
2/ Quelle est la nature des données concernées par la recherche ? (transformation des sources en données, données héritées, données massives, homogénéiser les données, etc.)
3/ Quels sont les types de traitements sur les données ? (analyses textuelles, cartographie, bases de données…)
4/ Quels sont les types de diffusion des données ? (Open Data, etc.).
5/ Quels obstacles avez-vous rencontrés lors de la conduite de votre projet ? (technique, contextuel, financier, etc.)
Aspects techniques, informatiques
1/ Quel est l’état de l’art des outils et des ressources de votre projet ?
2/ Quelle est la traduction des questions posées en termes techniques ?
3/ Quels sont les verrous levés ?
4/ Comment avez-vous résolu le problème de la pérennité des données ?
5/ Existait-il un écosystème numérique pré-existant au projet ? (oui ou non)
6/ Si oui : était-il local (environnement : laboratoire, etc.) et/ou reposant sur un réseau (collaboration, mutualisation) ?
7/ Quels sont les types d’outils informatiques utilisés/développés et leurs fonctions ? (production, traitement, diffusion, publication, collaboration, etc.)
8/ Quels sont les liens entretenus avec Huma-Num, DARIAH, Progedo ?
9 / quel est le plan de gestion des données (data life management) ?
Aspects temporels
1/ Quelle est la durée de la phase d’émergence du pré-projet ?
2/ Quelle est la durée de la mise en place du projet ?
3/ Quelle est la durée du projet ?
4/ À l’issue du projet, y a-t-il une perspective de reconduction et/ou d’ajustement ?
5/ Les résultats du projet sont-ils accessibles sur le réseau de manière permanente ?
Aspects humains
1/ Quels types de profils professionnels sont-ils requis pour le projet ? (enseignants-chercheurs et chercheurs, ingénieurs et techniciens informatiques, bibliothécaires, spécialistes des données, archivistes, etc.)
2/ Quelles sont les compétences requises ? (techniques, disciplinaires, générales, numériques, informationnelles, etc.)
3/ Quelles sont les modalités de formation nécessaires ? (parcours universitaire, formation continue, workshop, etc.)
Aspects financiers
1/ Quel est le coût des équipements ?
2/ Quel est le coût des ressources humaines ?
3/ Quel est le coût de la communication ?
4/ Quel est le coût de la formation ?

Création d’un séminaire Humanités Numériques

Initié en janvier 2014, ce nouveau séminaire, proposé par la MSH-B en collaboration avec l’IBSHS de l’UBO, est une réponse à l’échelle régionale face à l’émergence de nouveaux projets de recherche en sciences humaines et sociales liés au contexte de numérisation, d’indexation, de référencement et de diffusion des données.

Co-dirigé par Nicolas Thély (APP, Rennes 2) et Sylvain Laubé (Centre F. Viète, UBO), le séminaire est animé par une équipe composée de sept autres chercheurs : Didier Chauvin (Prefics, Rennes 2) , Serge Garlatti (LabSTICC,, Telecom-bretagne) , Aurélie Hess (CERHIO, CNRS), Stéphane Loret (MSH Ange Guépin), Erwan Quesseveur (ESO, Rennes), Christine Petr (IEP de Rennes, CRAPE), Alexandre Serres (Urfist de Rennes), Geoffrey Williams (LiCoRN, UBS).

Le séminaire s’adresse aux enseignants-chercheurs, ingénieurs, doctorants, faisant partie des 10 UMR et 29 équipes d’accueil rassemblées autour de la MSH-B, mais aussi aux bibliothécaires des SCD concernés par les humanités numériques, aux acteurs institutionnels et du monde du privé.

Le séminaire se fixe plusieurs objectifs :

  • structurer une communauté de pratique à l’échelle de la Bretagne ;
  • identifier les projets en cours et ceux en émergence ;
  • identifier les besoins (méthodes, compétences, personnels, réseaux, etc.) ;
  • créer une grille d’analyse pour évaluer des projets en « Humanités numériques » déposés dans le cadre d’appels à projets régionaux, nationaux et internationaux ;
  • contribuer à la mise en place d’un réseau national des séminaires en humanités numériques (EHESS, Ecole Normale de Lyon, MESHS, etc.) ;
  • La mise en commun des moyens autour de problématiques communes pour le développement plus efficace de projets numériques;

La thématique du séminaire concerne l’identification d’un projet de recherche en humanités numériques. Quels en sont les grands traits, les principes, les acteurs, les ruptures et les continuités épistémologiques ? Quels rapports avec les enjeux liés à la modélisation des connaissances (web sémantique, 3D, Système d’Information Géographique, …)  à l’open data ainsi qu’aux nouvelles formes d’éditorialisation du savoir ? 8 projets réalisés, en cours ou en émergence ont été présentés et discutés dans le cadre des 4 séances du séminaire. La présentation des projets répond à une grille de questions élaborée en vue de contribuer à la construction d’outils pour l’aide à ’évaluation des projets en humanités numériques. Les séances se déroulerent dans les salles immersives du territoire breton.