Réception et transmission des travaux de Johanna Drucker : Atelier

Après une conférence donnée par Johanna Drucker, le séminaire s’est poursuivi par un atelier qui s’est articulé en trois sessions successives, comprenant chacune une présentation d’une trentaine de minutes suivie d’un échange avec l’ensemble des participant·e·s.

L’objet de l’atelier était de présenter plusieurs lectures, interprétations et réceptions des travaux de Johanna Drucker dans des champs disciplinaires différents (arts, design, littérature). Les intervenant·e·s ont ainsi été invité·e·s à discuter la manière selon laquelle ils/elles ont pu être amené·e·s à s’emparer de concepts développés par Johanna Drucker ou à réinvestir certaines de ses méthodes d’analyse dans leurs propres pratiques de recherche.

La programmation scientifique de l’atelier a été conçue par le groupe de travail Humanités numériques de la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne.

Ci-dessous la captation vidéo de l’atelier :

Programme

  • Session #1 : « Pour une historiographie numérique du théâtre : formes visuelles, constructions du savoir et manifestation de l’incertitude » par Ioana Galleron
  • Session #2 : « Aesthesis et éditorialisation dans les formats de la publication savante » par Robin de Mourat
  • Session #3 : « Theatre Analytics » par Clarisse Bardiot

Session #1 : Pour une historiographie numérique du théâtre : formes visuelles, constructions du savoir et manifestation de l’incertitude

Résumé de l’intervention de Ioana Galleron, professeur en langue et littérature françaises, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 :

À partir des réflexions de Johanna Drucker dans Graphesis, invitant à repenser la représentation graphique et les interfaces non pas en fonction de la « satisfaction de l’utilisateur », et de la « maximisation de l’efficacité des tâches », mais selon le principe humaniste de manifestation de la subjectivité des données et des discours, cette présentation s’attachera à esquisser ce qui pourrait être une histoire numérique du théâtre de l’époque classique (1630-1780 environ). Après un rapide survol des ouvrages papier consacrés à la question, on se tournera brièvement vers les ressources déjà existantes en ligne : textes numérisés en différents formats, bases de données assorties d’interfaces plus ou moins élaborées, encyclopédies en ligne. Si ces ressources sont indiscutablement utiles, et invitant à de multiples réutilisations, on peut se poser la question si elles tirent suffisamment parti du numérique et des codes graphiques, notamment pour exprimer l’incertitude et le caractère fondamentalement interprétatif du savoir en littérature.

Discutant : Aurélien Berra, maître de conférences en langues et littératures anciennes, Université Paris Nanterre

Session #2 : Aesthesis et éditorialisation dans les formats de la publication savante

Résumé de l’intervention de Robin de Mourat, doctorant en esthétique, humanités numériques et design, Université Rennes 2 :

Cette contribution traite du système de la communication savante contemporain, dans lequel elle tente de situer la place des activités interprétatives et leur relation avec les dynamiques de publication, entendues comme formation de collectifs savants. Pour ce faire, elle tente de faire dialoguer certaines notions issus du travail de Johanna Drucker avec le concept d’éditorialisation, qui décrit un certain régime de production des contenus et des énoncés dans l’espace numérique. Elle propose alors un développement autour de la notion de format, entendu comme un outil conceptuel permettant de comprendre comment s’articulent situations interprétatives d’une part, et dynamiques de production et de réception collectives d’autre part. Elle se termine par des considérations méthodologiques sur les pratiques d’enquête par le design : alors que les travaux de Johanna Drucker traitent richement de la place des activités de design dans la conduite de projets d’humanités numériques, il s’agit de montrer comment ces dernières peuvent aussi être reformulées comme des moyens d’analyse critique et d’interprétation portant sur des projets existants et des représentations émergentes dans ce champ.

Discutant : Pierre Mounier, directeur adjoint pour l’international, OpenEdition

Session #3 : Theatre Analytics

Résumé de l’intervention de Clarisse Bardiot, maîtresse de conférences en arts, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis :

Mes recherches actuelles, au croisement de la digital art history et des culture analytics, s’inscrivent dans un questionnement sur les Theatre Analytics, soit l’analyse des arts de la scène basée sur les données. Art par essence éphémère, sans objet pérenne, les arts de la scène ne subsistent que dans les souvenirs des spectateurs, dans les actualités culturelles ou encore dans les collections publiques ou privées sous forme de documents, d’archives : de traces. Comment la transformation des traces en données permet-elle de renouveler l’analyse historique et esthétique des arts de la scène ? Après une esquisse des enjeux des theatre analytics, je présenterai deux expérimentations que je conduis actuellement : l’étude des processus de création à partir de traces numériques avec le logiciel Rekall ; l’analyse de la carrière de Merce Cunningham à partir d’un jeu de données a priori « assez » simple, celui des distributions des spectacles.

Discutante : Fatiha Idmhand, professeure en lettres et littératures hispaniques, Université de Poitiers