Humanités numériques et enjeux environnementaux – Séminaire HN 2023, séance #2

La deuxième séance du séminaire Humanités numériques 2023 s’est tenue le lundi 26 juin 2023 de 14h à 17h, en visioconférence.

Elle a été co-animée par Aurélie Hess (TEMOS) et Jean-Baptiste Pressac (CRBC).

Continuer la lecture de « Humanités numériques et enjeux environnementaux – Séminaire HN 2023, séance #2 »

Modélisation des données en SHS : bases de données relationnelles, wikis, web sémantique – Séminaire HN 2023, séance #1

La première séance du séminaire Humanités numériques 2023 s’est tenue le 26 janvier 2023, de 14h à 17h.

Elle a été co-animée par Aurélie Hess (TEMOS) et Morgane Mignon (MSHB).

Programme

Retour d’expérience sur la modélisation et la diffusion des données de PRELIB, une base de données des acteurs de la littérature en breton

Jean-Baptiste Pressac (Centre de recherche bretonne et celtique, CNRS/Université de Bretagne Occidentale)

Keep your data alive! Why cooperative databases and big community projects make sense – a look into FactGrid and Wikidata

Olaf Simons, Centre de recherche Gotha, Université d’Erfurt

Modélisation des connaissances pour l’histoire et le patrimoine des PICS (Paysage Industriel Culturel Sensoriel) : le projet Lab In Virtuo

Sylvain Laubé, Centre François Viète, Université de Bretagne Occidentale

Concevoir et partager une édition numérique de corpus épistolaires – Séminaire HN 2022, séance #3

La troisième et dernière séance du cycle de séminaire Humanités numériques 2022 organisé par la MSHB s’est tenue le 4 octobre après-midi, en visioconférence.

Cette séance a été co-animée par Christophe Schuwey (HCTI, Université Bretagne Sud) et Geoffrey Williams (Litt&Arts, Université Bretagne Sud).

Continuer la lecture de « Concevoir et partager une édition numérique de corpus épistolaires – Séminaire HN 2022, séance #3 »

Séminaire Humanités numériques 2023 – Programme

Présentation

L’objectif du séminaire Humanités numériques de la MSHB est de présenter des travaux de recherche réalisés dans le périmètre breton, mais aussi d’ouvrir un espace de discussion avec d’autres projets menés à l’échelle nationale. Il vise à interroger les conditions de traitement des données produites dans le cadre de la recherche en sciences humaines et sociales et à partager des retours d’expérience portant sur l’expérimentation de méthodes d’analyse et/ou d’outils numériques.

Deux séances de séminaire seront organisées en ligne pendant l’année 2023.

Cycle de séances

Séance #1 : Modélisation des données en SHS : bases de données relationnelles, wikis, web sémantique

Jeudi 26 janvier 2023, 14h-17h

La première séance s’intéressera aux formes de modélisation des données de recherche. Bases de données relationnelles, wiki, web sémantique : quels sont les avantages et les contraintes de ces différentes méthodes dans le contexte des SHS ? Alors que certains projets s’appuient sur la construction d’une base de données ad hoc, précisément adaptée aux besoins de cette recherche, d’autres travaux cherchent à bénéficier d’une communauté et d’une visibilité élargies à travers l’utilisation de wikis, et plus particulièrement de Wikidata. De plus, les pratiques de modélisation se trouvent réinterrogées à l’aune du web sémantique qui propose de nouvelles formes d’enrichissement et d’interrogation des données. Quels sont les apports et intérêts de chaque méthode ? Et comment les choix de modélisation peuvent-ils, à plus long terme, se répercuter sur les modalités de mise à disposition de la donnée ?

Séance #2 : Humanités numériques et enjeux environnementaux

Lundi 26 juin 2023, 14h-17h

La deuxième séance interrogera la place des humanités numériques et ses enjeux dans un contexte de crise environnementale. Les humanités numériques s’appuient sur des méthodes, des services et des outils numériques qui requièrent la mise en œuvre d’une infrastructure matérielle conséquente : ordinateurs, serveurs et centres de données, réseaux électriques. Par ailleurs, l’essor des usages numériques dans la recherche en sciences humaines et sociales se trouve accentué dans un contexte d’incitation politique et institutionnelle à la science ouverte : les chercheur·ses sont encouragé·es à partager leurs données et à les mettre à disposition en ligne dans des entrepôts dédiés. Si certains objectifs visés par la science ouverte peuvent se montrer vertueux d’un point de vue environnemental (par exemple en cherchant à limiter la duplication des jeux de données), ces pratiques reposent dans l’ensemble sur une infrastructure coûteuse. Le développement et la maintenance de cette infrastructure contribuent à augmenter la consommation d’énergie et de matières premières, et constituent par ailleurs une source de pollution dont les conséquences sont diverses (effets sur la santé, perte de la biodiversité…) et dont les enjeux sont à la fois éthiques, politiques et sociaux.

La crise climatique nous pousse à modifier nos usages du numérique de manière concrète et urgente, et il convient de les interroger même si les données de recherche en sciences humaines et sociales ne constituent qu’une partie, pouvant paraître minime, de l’ensemble des données produites à l’échelle mondiale. Ainsi, comment concilier les besoins en stockage et en archivage pour les données de recherche avec un impératif de sobriété numérique et énergétique ? Peut-on mettre en place les principes FAIR dans un cadre respectueux des enjeux environnementaux ? Comment nos pratiques de production, de traitement, d’analyse et de conservation des données doivent-elles être repensées ?

Continuer la lecture de « Séminaire Humanités numériques 2023 – Programme »

Intégrer l’ouverture des données et des méthodes à son projet de recherche – Séminaire HN 2022, séance #2

Cette deuxième séance du cycle de séminaires Humanités numériques 2022 organisé par la MSHB s’est déroulée le 15 juin, de 14h à 17h, en visioconférence.

Elle est co-animée par Morgane Mignon (Plateforme Humanités numériques, MSHB) et Jean-Baptiste Pressac (CRBC, CNRS/Université de Bretagne Occidentale).

Continuer la lecture de « Intégrer l’ouverture des données et des méthodes à son projet de recherche – Séminaire HN 2022, séance #2 »

Utiliser des outils et des services numériques dans sa pratique d’analyse de discours (oraux et écrits) – Séminaire HN 2022, séance #1

Cette première séance organisée dans le cadre du séminaire Humanités numériques 2022 de la MSHB s’est tenue le mercredi 6 avril, de 14h à 17h en visioconférence.

Elle est animée par Jean-Baptiste Pressac (CRBC, CNRS/Université de Bretagne Occidentale) et Aurélie Hess (TEMOS, CNRS/Université Bretagne Sud).

Continuer la lecture de « Utiliser des outils et des services numériques dans sa pratique d’analyse de discours (oraux et écrits) – Séminaire HN 2022, séance #1 »

Séminaire Humanités numériques 2022 – Programme

Présentation

Organisé par la Maison des sciences de l’homme en Bretagne depuis 2014, le séminaire Humanités numériques prend cette année la forme d’un cycle de trois séances qui propose une réflexion sur les enjeux actuels de production, de diffusion et de réutilisation des données dans un contexte de transformation numérique des méthodes de recherche et de développement de la science ouverte.

À l’heure actuelle, de nombreux jeux de données sont produits et mis à la disposition des chercheur·ses par des acteurs divers, en particulier les infrastructures nationales, dont les IR* Huma-Num et Progedo, les réseaux et établissements de recherche, les plateformes régionales, mais aussi les chercheur·ses eux-mêmes.

Cette mise à disposition se déroule dans un contexte institutionnel et politique favorable à la science ouverte et à l’ouverture de jeux de données. Elle est notamment encouragée par le Plan national pour science ouverte (renouvelé pour une deuxième édition en 2021 par le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation) qui soutient les initiatives portées dans ce domaine. De plus, les enjeux d’ouverture des données de recherche conditionnent de plus en plus l’accès aux financements des projets de recherche, avec le développement du plan de gestion de données comme livrable obligatoire pour les projets européens et ANR.

Toutefois, au-delà de ce constat d’un écosystème propice à l’ouverture, se pose la question de la réutilisation effective de ces données. En effet, le développement de réseaux et d’infrastructures pour soutenir la diffusion des données de recherche implique l’exploitation de ressources, notamment matérielles, pour produire et stocker ces données. S’intéresser à la réutilisabilité des données revient ainsi à s’interroger sur leurs usages et sur l’emploi de ces ressources investies pour leur conservation et leur diffusion.

Dans ce cadre, les communautés de recherche en SHS sont amenées à développer un double statut, en devenant à la fois productrices et (ré)utilisatrices de données de recherche. Ces enjeux concernent l’ensemble des données traitées en sciences humaines et sociales, qu’elles soient quantitatives ou qualitatives.

Ainsi, la production et la réutilisation des données soulèvent des questions à la fois épistémologiques et techniques :

  • Dans quelles conditions les données de recherche sont-elles pensées pour être réutilisées, par soi-même et/ou par autrui ?
  • Quels sont les moyens à mettre en œuvre afin de restituer le contexte de production des données, susceptible de favoriser leur réutilisation dans un cadre de diffusion ?
  • Peut-on se réapproprier des corpus produits par autrui ? Quelles méthodes d’enrichissement, d’annotation et d’analyse peuvent être expérimentées afin de réinterroger ces données ?

Ce séminaire vise à interroger de manière critique et réflexive les conditions de production et de réutilisation des données dans la recherche en sciences humaines et sociales, mais aussi l’expérimentation de méthodes permettant de traiter et analyser ces données. Il a pour objectif d’ouvrir un espace de discussion sur ces différentes problématiques, en s’appuyant sur la présentation de projets de recherche en cours et sur la mise en partage de questionnements.

Cycle de séances

Séance #1 : Utiliser des outils et des services numériques dans sa pratique d’analyse de discours (oraux et écrits)

Mercredi 6 avril, 14h-17h / en visioconférence

Cette séance sera animée par Jean-Baptiste Pressac (CRBC, CNRS/Université de Bretagne Occidentale) et Aurélie Hess (TEMOS, CNRS/Université Bretagne Sud).

Photo by FilterGrade on Unsplash

14h00 | Introduction

14h15 | Présentation de Lexico 3, logiciel de lexicométrie, Gudrun Ledegen (PREFics, Université Rennes 2)

Les logiciels de lexicométrie, ici présentés à travers Lexico 3, sont des outils d’exploration de grands corpus textuels qui permettent un va-et-vient entre la comparaison entre différentes variables qui viennent baliser les documents et un retour au texte. Si Lexico 3 présente des fonctionnalités proches d’un logiciel comme Iramuteq, il va être spécifiquement au service d’une analyse de discours (que d’une analyse de contenu avant tout). Le logiciel permet ainsi d’établir des liaisons transversales entre les mots fonctionnant en réseau : « le numérique complète-augmente la linéarité par des réticularités » (Mayaffre, 2015). Il s’agit d’une méthodologie d’étude du discours, dite exhaustive, systématique et automatisée, tout en laissant à l’analyste l’entière tâche d’interprétation des résultats obtenus. Les fonctionnalités complémentaires du logiciel Iramuteq – qui sera présenté par d’autres collègues lors de ce séminaire – seront ici particulièrement mises en lumière.

15h00 | Interpréter avec Alceste (ou IramuteQ), Catherine Adam et Cécile Plaud (ENSTA Bretagne)

Une analyse de discours assistée par ordinateur (ADAO) réalisée à l’aide d’un logiciel d’analyse statistique de données textuelles, tel qu’ALCESTE ou IramuteQ semble particulièrement appropriée dans le cadre d’analyses transversales de corpus volumineux. L’ADAO permet non seulement de limiter la perte d’informations, inhérente à une analyse manuelle des données d’un vaste corpus, mais favorise aussi la distanciation du chercheur par rapport à ses données. Dans le cadre de cette communication, nous montrerons, au travers d’exemples d’usages de ce type de logiciel dans nos recherches en SHS, la valeur heuristique de la démarche. Elle offre la possibilité à la fois de découvrir de manière inductive d’autres aspects non analysés du corpus et d’obtenir une forme de confirmation ou d’infirmation des résultats obtenus manuellement. L’usage d’outils numériques dans des travaux de recherche, lorsqu’ils peuvent se révéler un soutien à la démarche, est à considérer. Bien entendu, un logiciel ne fournit pas à lui seul les résultats d’une recherche. Il est paramétré en fonction des hypothèses du chercheur. Ce dernier doit ensuite analyser et interpréter les données classifiées. Cependant, ce recours à l’outil numérique se révèle être une aide précieuse et un atout dans une méthodologie de la complexité.

15h45 | Pause

16h00 | Un entrepôt spécialisé pour les corpus de parole : la plateforme COCOON, Michel Jacobson (IR* Huma-Num, CNRS)

La plateforme Cocoon a été mise en place en 2006 et assure depuis plus de 15 ans des services de gestion pour les corpus oraux des chercheurs, des laboratoires et des projets en SHS. Elle donne accès actuellement à environ 6000 heures d’enregistrements de parole sur plus de 250 langues. Cette plateforme s’est montée autour d’une architecture d’entrepôt spécialisé sur les données orales enregistrées (audio, vidéo ou autres mesures physiologiques) accompagnées ou non d’annotations.

Les services assurés depuis le début sont ceux d’un entrepôt classique (stockage, accès, description, signalement, conservation). Au cours du temps, de nouvelles fonctionnalités sont venues enrichir les services parmi lesquelles nous pouvons citer à titre d’exemples : le versement dans un service d’archives intermédiaire (celui de l’opérateur CINES), l’alignement des métadonnées sur des référentiels largement partagés (VIAF, RAMEAU, GeoNames, Lexvo), une modélisation en EDM (Europeana Data Model), une exposition des métadonnées en mode web de données complétant celle en OAI-PMH, l’attribution d’identifiant de type DOI, etc.

16h45 | Conclusion

Séance #2 : Intégrer l’ouverture des données et des méthodes à son projet de recherche

Mercredi 15 juin, 14h-17h / en visioconférence

Cette séance sera animée par Jean-Baptiste Pressac (CRBC, CNRS/Université de Bretagne Occidentale) et Morgane Mignon (MSHB).

Photo by Owen Yin on Unsplash

14h00 | Introduction

14h15 | Le projet IMPACT : archéologie, histoire environnementale et humanités numériques, Marie-Yvane Daire (CReAAH, Université de Rennes 1) et Aline Benvegnú dos Santos (Université Rennes 2)

Le projet IMPACT vise à analyser l’impact du temps sur le patrimoine culturel et naturel de l’Ouest de la France. Il s’appuie à la fois sur la réutilisation de sources iconographiques anciennes, documentées et conservées via l’entrepôt de données Nakala (Huma-Num), et sur la production de modèles numériques donnant à visualiser les changements environnementaux. Les jeux de données seront progressivement exposés en accès ouvert sur : https://impact.nakala.fr/

15h00 | D’un projet à un autre. L’usage du Dublin Core dans la migration des données depuis un site web vers l’entrepôt Nakala, Aurelia Vasile et Hélène Veilhan (MSH Clermont-Ferrand)

Cette communication portera sur les opérations nécessaires à la migration des données produites au cours du projet de recherche ANR, “Enfance Violence Exil (EVE)” depuis le site web vers l’entrepôt Nakala. Elle vise à montrer, à partir d’un cas concret, les procédures mises en place pour récupérer, curer, enrichir les données et les métadonnées en vue d’un dépôt sur la plateforme Nakala. Cette opération crée les conditions pour réutiliser les données et construire un nouveau projet. Reprendre et comprendre un projet réalisé dans le passé est une démarche rendue possible par la riche documentation mise en place dès l’origine, mais aussi par la préservation de la mémoire méthodologique. Le format Dublin Core constitue ici le lien et le passage entre les deux mondes.

Ce travail a révélé l’impact de l’obsolescence technologique (ici le web) sur la préservation des données. L’utilisation du site web comme unique solution d’hébergement des données produites au cours d’un projet de recherche est une pratique courante dans nos communautés. Elle soulève la question de la pérennisation des projets et des données mais également les tensions entre la nécessité de standardisation et les besoins d’expression de chaque démarche scientifique.

15h45 | Pause

16h00 | Intégrer la notion de réutilisabilité tout au long de son projet de recherche : retours sur le vademecum du GT (Ré)utilisabilité du consortium CAHIER, Julie Aucagne (MSH Ange Guépin) et Gwenaëlle Patat (MSHB)

Le groupe de travail « (Ré)utilisabilité » du consortium CAHIER, animé par Anne Garcia-Fernandez, Elisabeth Greslou et Richard Walter, créé fin 2020, avait pour objectifs de mener une réflexion sur les actions et les outils qui permettent la réutilisation concrète des données, au-delà de leur exposition, afin de proposer des recommandations concernant le R de l’acronyme FAIR. Du constat qu’il n’est pas si aisé de trouver, puis d’obtenir des données produites dans le cadre de projets pour constituer son propre corpus, le groupe a envisagé des pistes pour rendre nos données plus facilement réutilisables. Ce sera ainsi l’occasion de présenter les freins identifiés à la réutilisation des données et le vademecum publié par le GT, puis d’échanger sur les solutions envisagées.

16h45 | Conclusion

Séance #3 : Concevoir et partager une édition numérique de corpus épistolaires

Mardi 4 octobre, 14h-17h / en visioconférence

Cette séance sera animée par Christophe Schuwey (HCTI, Université Bretagne Sud) et Geoffrey Williams (Litt&Arts, Université Bretagne Sud).

Photo by Aaron Burden on Unsplash

14h00 | Introduction

14h10 | Éditer une correspondance du XVIIIe siècle à l’ère du numérique : Mme du Deffand, Marianne Charrier-Vozel (CECJI, Université de Rennes 1), Mélinda Caron (Université TÉLUQ), Marine Parra (Temos, Université Bretagne Sud), Bénédicte Peralez-Peslier (UMR Lire)

Mme du Deffand est une épistolière majeure du siècle des Lumières. Ses quelques 1450 lettres suscitent, en Europe et Outre Atlantique, l’intérêt des chercheurs qui étudient l’impact social de la maladie et de la vieillesse, le rôle des femmes dans la vie publique, ainsi que la construction de réseaux épistolaires à l’échelle européenne. Ce projet interdisciplinaire part du constat que le regard porté sur ce corpus a trop souvent épousé sa division éditoriale : de 1809 à 2013, nous comptons 26 éditions regroupées selon les destinataires des lettres ; certaines éditions s’annoncent complètes, bien que d’autres lettres soient toujours à ajouter. Cette situation souligne la nécessité de créer un corpus évolutif rendu possible grâce aux avantages du numérique.

14h50 | Une plateforme numérique dédiée aux travaux et à la vie d’Henri Poincaré : site Omeka S et outils du Web sémantique, Pierre Willaime (AHP-PReST, Université de Lorraine) et Nicolas Lasolle (AHP-PReST / Loria, Université de Lorraine)

Les Archives Henri-Poincaré (UMR7117) poursuivent de longue date l’édition papier et numérique de la correspondance d’Henri Poincaré (1854-1912). Ce projet de transcription et d’édition critique souhaite également, depuis quelques années, permettre l’exploration du corpus et la modélisation des connaissances. Pour ce faire, nous avons mis en place un écosystème utilisant les technologies du Web sémantique avec, en son cœur, un site Omeka S. Les données hébergées dans ce site sont récupérées par plusieurs outils que nous présenterons. La plupart interrogent les données via un SPARQL Endpoint branché sur le site Omeka S. L’ensemble est conçu comme une plateforme outillée pour la recherche permettant d’aider les historiens des sciences dans leurs travaux.

15h30 | Pause

15h40 | Le projet DAHN: produire une chaîne d’édition scientifique numérique pour des corpus d’égodocuments, Floriane Chiffoleau (3L.AM, Le Mans Université / ALMAnaCH, Inria)

Né d’un partenariat initié entre l’Inria, l’Université du Mans et l’EHESS, le projet DAHN a pour objectif de mettre à disposition des chercheur·e·s et des institutions patrimoniales une chaîne d’édition scientifique qui permette de valoriser des fonds d’archives dans des formats numériques facilitant leur exploitation par la recherche.

Divisé en six étapes (numérisation, segmentation, transcription, correction post-OCR, encodage et publication), cette chaîne d’édition scientifique ou pipeline a été mise en œuvre à l’aide de plusieurs corpus épistolaires qui ont entraîné la création d’outils universels mais aussi d’éléments spécifiques (scripts, guidelines, etc.) à ce type de documents. Ce travail a permis le déploiement d’une plateforme de publication pour les corpus épistolaires et autres types d’égo documents, facile d’utilisation et ouverte à l’import de nouveaux corpus.

16h20 | PICASSOLETTERS. Pablo Picasso en toutes lettres, Fatiha Idmhand (ITEM, équipe Archivos, Université de Poitiers)

Le projet PICASSOLETTERS vise à réévaluer le réseau d’acteurs qui a contribué à la construction de l’influence planétaire de Pablo Picasso ; il émet l’hypothèse que le rôle de certaines figures de l’ombre, qui ont joué un rôle majeur dans la transnationalisation de cet artiste, n’a pas été suffisamment exploré : l’objectif du projet PICASSOLETTERS est d’identifier ces médiateurs en explorant, de façon exhaustive et systématique, la correspondance du peintre. Après avoir présenté le contexte, l’équipe impliquée et les principaux défis du projet, notre intervention décrira quelques résultats préliminaires ainsi que les perspectives actuelles de cette recherche sur le réseau picassien.

17h00 | Conclusion

Informations pratiques

L’ensemble des séances se tiendront en visioconférence.

Elles sont ouvertes à tou·tes après inscription en ligne sur le site de la MSHB.

Les codes de connexion à la visioconférence seront transmis par mail aux participant·es la veille ou le jour du séminaire.

Organisation

Le séminaire Humanités numériques est organisé par la Maison des sciences de l’homme en Bretagne, avec la participation du groupe de travail Humanités numériques. Formé en 2016, ce GT interdisciplinaire rassemble à l’échelle régionale des chercheur·ses, ingénieur·es et professionnel·les de la documentation et de l’information scientifique et technique.

Le séminaire est soutenu par le Réseau national des Maisons des Sciences de l’Homme et l’association Humanistica.

Comité scientifique du séminaire

  • Aurélie Hess, ingénieure en traitement et analyse de base de données, UMR TEMOS, CNRS/Université Bretagne Sud
  • Morgane Mignon, coordinatrice de la plateforme Humanités numériques, UAR MSHB
  • Gwenaëlle Patat, chargée d’édition de corpus numériques, UAR MSHB
  • Jean-Baptiste Pressac, responsable de la plateforme CRBC Open Science, UAR CRBC, CNRS/Université de Bretagne Occidentale

Séminaire Humanités numériques #3 – TEI et modélisation des données de recherche

Lundi 3 mai 2021
14h – 17h
En visioconférence
Maison des sciences de l’homme en Bretagne

Initialement prévue en mars 2020 et reportée, cette troisième édition du séminaire Humanités numériques s’inscrit en amont de la programmation d’Humanistica 2021, le colloque annuel de l’association francophone des humanités numériques, qui se tiendra du 10 au 12 mai à l’invitation de la MSHB, de l’université Rennes 2, du SCD Rennes 2, de l’URFIST Bretagne-Pays de la Loire, des Champs Libres, du musée de Bretagne et de l’INRIA.

L’objectif de ce séminaire est de proposer une réflexion sur les pratiques de modélisation des données de recherche en sciences humaines et sociales, en considérant la diversité à la fois des standards de description utilisés et des types de données traitées (textes littéraires, œuvres musicales et iconographiques…).

Continuer la lecture de « Séminaire Humanités numériques #3 – TEI et modélisation des données de recherche »

Réception et transmission des travaux de Marcello Vitali-Rosati : atelier

Pour la deuxième édition de son séminaire Humanités numériques, la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne accueille Marcello Vitali-Rosati, professeur au département des littératures de langue française de l’Université de Montréal et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les écritures numériques. Il est l’un des principaux théoriciens de l’éditorialisation, thématique qui constitue l’axe transversal du programme de cette journée.

Définie comme un ensemble de dynamiques dont l’objectif est de produire et de structurer l’espace numérique, l’éditorialisation mobilise plusieurs notions qui sont au coeur du travail de Marcello Vitali-Rosati : l’autorité, les pratiques éditoriales, l’identité numérique, le virtuel et la circulation des savoirs sur le web.

Après une conférence de Marcello Vitali-Rosati, le séminaire se poursuit par un atelier dédié aux questions de réception. Anne Baillot, Francesca Frontini et Matteo Treleani sont invités à présenter comment la théorie de l’éditorialisation se trouve traitée, interprétée et réinvestie dans leurs propres pratiques et objets de recherche.

  • Francesca Frontini, maîtresse de conférences en linguistique informatique à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3

Technologies sémantiques et éditorialisation : création et exploitation d’éditions numériques enrichies

  • Matteo Treleani, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lille

De la réappropriation à l’éditorialisation. De l’émancipation des usages au pouvoir des médiations

  • Anne Baillot, professeure des universités en études germaniques à l’Université du Mans

L’auteur est mort, vive l’auteur ! L’éditorialisation au prisme du numérique

Modéré par Gilles Rouffineau (enseignant en design graphique à l’ÉSAD Grenoble-Valence) et Florence Thiault (maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Rennes 2), cet atelier est conclu par Geoffrey Williams (professeur en sciences du langage à l’Université Bretagne Sud).

La vidéo de l’atelier est accessible en ligne sur la plateforme L’Aire d’U.

Conférence de Marcello Vitali-Rosati

Pour la deuxième édition de son séminaire Humanités numériques, la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne accueille Marcello Vitali-Rosati, professeur au département des littératures de langue française de l’Université de Montréal et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les écritures numériques. Il est l’un des principaux théoriciens de l’éditorialisation, thématique qui constitue l’axe transversal du programme de cette journée.

Séminaire HN 2019

Définie comme un ensemble de dynamiques dont l’objectif est de produire et de structurer l’espace numérique, l’éditorialisation mobilise plusieurs notions qui sont au coeur du travail de Marcello Vitali-Rosati : l’autorité, les pratiques éditoriales, l’identité numérique, le virtuel et la circulation des savoirs sur le web.

La conférence introductive donnée par Marcello Vitali-Rosati s’intitule Penser l’éditorialisation : pour une théorie générale de l’espace numérique.

La vidéo de la conférence est accessible en ligne sur la plateforme L’aire d’u.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search